Samedi 11 Novembre 2017 : Sortie Mycologique

Le rendez-vous, pour notre sortie mycologique de l’année, était fixé à Langoiran, sur le parking de l’Intermarché, à 9 h 30. Tout le monde était à l’heure (nous étions une bonne trentaine), aussi dès 9 h 30 Mme Brigitte Vignot, commissaire de sortie, nous donna ses instructions : « vous prenez la direction de Créon puis de la Sauve-Majeure. Une fois passé Haux nous nous retrouverons au château des « Dames de la Renardière ». Là nous nous disperserons sur l’ensemble du domaine. A 12 h 30 nous nous rassemblerons pour une dégustation des vins du domaine, puis, après le pique-nique, nous déterminerons les champignons trouvés. »

Arrivés au château des « Dames de la Renardière » nous sommes reçus par le directeur général du domaine qui nous fait un petit exposé sur le château :

« Le domaine fut restauré et replanté dès le début des années 1980. Il s’étend sur 60 hectares : 30 hectares de vigne et 30 ha de prairies et de bois. L’ancienneté du domaine est attestée par l’existence d’archives notariales remontant à 1478. Ce domaine s’appelait « la Renardière » mais plusieurs châteaux portaient déjà ce nom, aussi les propriétaires désiraient-elles le changer pour se différencier des autres châteaux portant ce nom. Comme les gens du pays pour désigner les propriétaires disaient : « les dames de la Renardière », ce nom s’imposa de lui-même et le château « La Renardière » devint château « les Dames de la Renardière.

L’exploitation est située sur des coteaux orientés en pente douce vers le sud et à une altitude variant de 80 à 110 m. Le sous-sol calcaire est recouvert de graves, d’argile et de limons. Le vignoble est constitué de 18 hectares de rouge (Merlot 75% et Cabernet Sauvignon 25%), 12 hectares de blanc (Sauvignon blanc 60%, Sauvignon gris 35% et Sémillon 5%). Le château produit aussi du rosé. »

Après ce bref exposé nous sommes partis à la recherche des champignons. Le groupe s’est dispersé sur l’ensemble de la propriété : certains plutôt vers les prairies d’autres vers les bois et leurs lisières. Le temps était plutôt favorable : quelques averses certes mais peu abondantes. Nous devions donc nous retrouver vers 12 h 30 mais dès 12 h plusieurs d’entre nous étaient de retour au château car les champignons étaient peu nombreux surtout les comestibles !

Une fois tout le groupe réuni nous retrouvons le directeur du domaine pour une visite du chai et une dégustation. Nous nous retrouvons au niveau des cuves de fermentation où nous écoutons un nouvel exposé que je serais bien incapable de vous resservir. Nous passons ensuite dans le chai qui sert aussi de salle de dégustation et là nous attendent 3 vins à déguster : un Bordeaux rosé 2013, un blanc entre-Deux-Mers 2014 et un rouge Bordeaux supérieur, cuvée Prestige 2010, dégustation accompagnée de jambon, rosette, fromage et pain. Nous avons tous apprécié ce moment !

Après le pique-nique l’ensemble des champignons trouvés est exposé sur 2 tables et Brigitte et Bertrand nous les font découvrir. En voici une liste non exhaustive :

  • Agaricus campestris : rosé des prés. Pousse dans les prés, prairies, pâtures et bordures herbeuses. Saveur douce et odeur fongique. Bon comestible.
  • Amanita citrina : chair blanche à odeur de rave. Sans valeur culinaire.
  • Ascocoryne sarcoides : pezize charnue. Pousse en groupe sur les branches mortes de feuillus. Sans intérêt.
  • Bolbitius vitellinus : bolbitie vitelline ou bolbitie jaune d’œuf. Chair inodore à saveur douce. Sans intérêt
  • Chlorociboria aeruginascens: une pézize bleue qui a la propriété de colorer le bois sur lequel elle pousse en bleu. Ce procédé fut utilisé par les égyptiens pour colorer leurs meubles afin de rappeler les Lapis-lazulis. Une commode appartenant à Marie-Antoinette fut elle aussi colorée grâce à ce champignon.
  • Chroogomphus rutilus : gomphide rutilant. Preque toujours sous conifères. Comestible médiocre.
  • Clavulina cristata : clavaire à crêtes, crête de coq. Pousse dans les bois de feuillus ou de conifères sur bois pourri. Sans intérêt.
  • Ramaria stricta : clavaire étroite. Commune, sur souches, troncs morts moussus et bois enterrés. Sans valeur.
  • Clitopilus prunulus : meunier, langue de carpe. Chair à forte odeur de farine. Bon comestible.
  • Clitocybe gibba : clitocybe en entonnoir. Commun en automne sous feuillus ou conifères, souvent en colonie. Chair à odeur cyanique. Comestible.
  • Clitocybe geotropa : tête de moine. Sous feuillus ou dans les clairières herbeuses en automne. Champignon occasionnel. Chair à légère odeur d’amande amère. Bon comestible.
  • Clitocybe dealbata : fréquent, en troupe dans les prés de la fin de l’été à la fin de l’automne. Chair à faible odeur de farine. Chapeau zoné et givré, blanc ivoirin parsemé de plages ocre rosé. Mortel.
  • Collybia dryophila : collybie des chênes. Sans valeur.
  • Collybia fusipes : collybie à pied en fuseau. En touffes sur les troncs, les souches ou les racines de feuillus. Forte odeur fongique.
  • Crepidotus sp : espèces lignicoles de petite taille à pied latéral très court. Sans intérêt.
  • Cuphophyllus virgineus : hygrophore blanc de neige. Pousse dans les lieux herbeux. Comestible mais attention aux confusions possibles avec les clitocybes blancs (en particulier Clitocybe dealbata).
  • Fistulina hepatica : langue de bœuf. Sous le chapeau les tubes sont indépendants les uns des autres et forment un ensemble qui, vu à la loupe, rappelle les spaghettis. Comestible.
  • Gymnopilus liquiritiae : en touffes sur bois. Champignon de saveur amère. Toxique.
  • Hydnum rependum : pied de mouton. Champignon à aiguillons. Bon comestible.
  • Pseudohydnum gelatinosum : champignon en forme de spatule ou d’éventail, gélatineux, gris bleuâtre. Comestible médiocre !
  • Hypholoma fasciculare : hypholome en touffe. Pousse, toute l’année, en touffes denses sur les souches de feuillus ou de conifères ou sur des branches mortes. Chair à saveur très amère. Mortel.
  • Inocybe geophylla var. violacea : inocybe à lames terreuses variété violacée. Pousse sous feuillus ou conifères. Toxique, cet inocybe contient de la muscarine.
  • Laccaria laccata : laccaire laqué. Pousse sous les couverts de feuillus ou de conifères mais aussi en terrain découvert. Il est peu charnu mais de saveur agréable, chair inodore. Comestible.
  • Leccinum crocipodium : bolet craquelé. Pousse toujours sous feuillus. Cuticule du chapeau craquelée en damier plus ou moins net. Comestible.
  • Lenzites tricolor : tramète tricolore, lenzite tricolore. Pousse toute l’année sur des feuillus ou des conifères, fréquemment sur des branches mortes de noisetier. Champignon sans pied. Chair dure à consistance de liège. Non comestible.
  • Leucopaxillus tricolor : leucopaxille tricolore. Pousse sous feuillus ou sous conifères, sur sol calcaire ou siliceux ! Champignon localisé ! chair à odeur herbacée. Sans intérêt.
  • Lycoperdon pyriforme : vesse de loup en poire. Pousse de la fin du printemps aux premières gelées, sur bois pourri. Comestible médiocre lorsqu’il est jeune.
  • Lycoperdon perlatum : vesse de loup perlée. Pousse de la fin du printemps à la fin de l’automne dans l’humus. Comestible médiocre lorsqu’il est jeune.
  • Macrolepiota sp. : peut pousser un peu partout : bois de feuillus ou de conifères, lisières, clairières, chemins... Comestible.
  • Macrotyphula fistulosa : on le trouve dans les bois de feuillus humides sur les ramilles à terre. Sans intérêt.
  • Maramiellus ramealis : marasme des rameaux. Pousse sur les rameaux et ramilles au sol. Sans intérêt.
  • Merulius tremellosus : mérule tremblante. Pousse sur bois pourri de feuillus ou de conifères, souvent sur troncs couchés ou sur souches en automne mais surtout en hiver. Peu fréquent. Sans intérêt.
  • Meruliopsis corium : mérule papyracée. Commun toute l’année , pousse sur branches mortes de feuillus. Sans intérêt.
  • Mycena acicula : mycène aiguille. Pousse en été et en automne sur les ramilles mortes, les fragments de bois et divers débris végétaux. Non comestible.
  • Mycena diosma : mycène à deux odeurs. Chair à odeur de rave ou de tabac. Sans intérêt.
  • Mycena galericulata : mycène en casque. Commun toute l’année sur souches de feuillus. Sans valeur.
  • Mycena inclinata : mycène incliné. Fréquent, pousse en touffe dense sur les souches de chêne en été et en automne. Chair à odeur de farine ou de bougie. Sans intérêt.
  • Mycena rorida : mycène à pied gluant, mycène de la rosée. Espèce assez rare. Pousse sur brindilles, souvent sur ronce. Sans intérêt.
  • Mycena vitilis : mycène à pied raide, mycène à pied ferme. Le stipe se brise en produisant un bruit sec ! Pousse dans les bois mêlés, souvent sur des ramilles enfouies. Chair à odeur d’iode. Comestibilité inconnue.
  • Nyctalis parasitica et – Nyctalis agaricoides : sont des champignons qui parasitent les vieux champignons en particulier les russules. Sans valeur.
  • Phallus impudicus : phallus impudique, satyre puant. Assez commun de la fin du printemps à la fin de l’automne. Pousse surtout dans les bois de feuillus, parfois dans les bois de conifères mais aussi dans l’herbe des haies et même dans les jardins. Forte odeur de cadavre qui permet de le repérer de loin ! Serait comestible lorsqu’il forme encore un œuf.
  • Phellinus ferruginosus : polypore ferrugineux. Pousse sur bois mort de feuillus, en particulier hêtre, noisetier, saule et aulne. Chair à consistance de liège, cassante à l’état sec. Sans intérêt.
  • Pluteus cervinus : plutée des cerfs. Espèce très commune poussant du printemps aux premiers grands froids sur souches et troncs pourrisants. Comestible médiocre.
  • Pluteus salicinus : plutée du saule. Toujours sur bois de feuillus (branches mortes, souches, bois pourri). Bien entendu on le trouve sur bois de saule mais pas uniquement ! toxique !
  • Psathyrella conopilus : psathyrelle conique. Champignon peu courant.
  • Psathyrella lacrymabunda : commun, souvent en bordure des sentiers et des lieux herbeux. Comestible.
  • Pseudocraterellus cinereus : chanterelle cendrée. Pousse sous bois divers. Chair à odeur fruitée (mirabelle). Peu fréquente. Bon comestible, confondue souvent avec Craterellus cornucopioides (trompette des morts) elle aussi comestible.
  • Russula emetica var. sylvestris : russule émétique, colombe rouge. Chair blanche, rouge sous la cuticule, saveur âcre, odeur légère de fruits.
  • Trametes versicolor : polypore versicolore. Pousse toute l’année sur les troncs et le bois mort ou vivant de feuillus ou de conifères. De couleur très variable, marqué de zones concentriques vert-noir, gris-bleu... à marge blanche ou crème.
  • Tricholoma album : tricholome blanc, chair à odeur d’urine. A rejeter.
  • Tremella foliacea : trémelle foliacée. Pousse sur toutes sortes de bois morts de feuillus rarement sur conifères. Chair à odeur et saveur douce. Champignon peu fréquent. Comestible mais sans intérêt.
  • Tricholoma sulfureum : tricholome soufré, chair jaunâtre à forte odeur de gaz d’éclairage. A rejeter.
Carte: